Les terribles jumeaux : Reginald et Ronald Kray


 

 

 

Londres (East End), Angleterre, des années 50 jusqu'en 1968.

 

 

 

 

 

 

Tous deux nés dans le quartier de l'East End en 1933, les jumeaux "Reggie" et "Ronny" Kray ne sont pas devenus tout de suite des icônes du grand banditisme londonien. Ils ont d'abord tenté une carrière de boxeurs qu'ils réussissaient plutôt bien : ils étaient réputés n'avoir pas perdu un seul combat. Mais cela ne dura pas.

 

 

 

Après avoir effectué plusieurs années de service militaire (durant lesquelles ils ont tenté, en vain et à maintes reprises, de déserter), leur casier judiciaire était tellement lourd que les frères n'avaient plus aucune chance de continuer leur carrière de boxeurs professionnels. Ce fut à cet instant qu'ils s'engagèrent dans le grand banditisme. Ils commencèrent par de petits rackets,  puis des vols à main armée. On leur donna alors un nightclub qui devint très réputé non pas auprès des gangsters, mais surtout auprès de grandes personnalités (députés, Lords, acteurs comme Judy Garland et certains chanteurs comme Frank Sinatra). A l'époque, on voyait les frères Kray comme des gens assez haut placés dans la bonne société. 

 

 

 

Une citation de Ronnie Kray dans son autobiographie My Story :

 

"They were the best years of our lives. They called them the swinging sixties. The Beatles and the Rolling Stones were rulers of pop music, Carnaby Street ruled the fashion world... and me and my brother ruled London. We were fucking untouchable..."

 

"C'étaient les plus belles années de notre vie. Ils appelaient ça les "Swinging sixties". Les Beatles et les Rolling Stones gouvernaient la pop, Carnaby Street gouvernait le monde de la mode... Et mon frère et moi gouvernions Londres. Putain, on était intouchables..."

 

 

 

 

 

Intouchables, ils l'étaient en effet. Au début, du moins. En 1966, Ronnie abat d'une balle dans la tête un membre du gang rival : un certain George Cornell. L'assassinat a eu lieu dans le pub "The Blind Beggar" au milieu d'une foule de témoins. Mais ceux-ci, trop effrayés par la réputation des jumeaux, n'osèrent pas témoigner. L'année suivante, c'est au tour de Reggie de commettre un meurtre en poignardant Jack "the Hat" McVitie, un petit escroc qui n'avait pas obéi à leurs ordres. Il l'avait invité à une "fête" dont Jack ne reviendra pas vivant. Le corps ne fut jamais retrouvé.

 

Ce meurtre signa le début de la fin pour les frères Kray : la police ne pouvait plus fermer les yeux sur ces meurtres dignes de la mafia. Aussi, l'inspecteur Leonard "Nipper" Read fut chargé de l'affaire sitôt sa promotion au service de Murder Investigation Team (MIT) de Scotland Yard. Le choix n'était pas innocent, puisque Read avait déjà travaillé sur les frères Kray dans le passé (sans aboutir à aucun résultat cependant).

 

 

 

 

Au fil du temps, Read est parvenu à rassembler beaucoup de preuves contre les jumeaux, mais ce n'était pas encore assez pour un jugement. C'est en 1968 que la roue tourne. Le gang Kray avait demandé à un de leurs membres, Alan Bruce Cooper, d'engager quelqu'un pour acheter des explosifs en vue de commettre un attentat. La personne engagée, Paul Elvey, a vite été arrêtée. Paul avoua avoir été engagé pour trois tentatives de meurtres et grâce à ses confessions et renseignements, Scotland Yard eut enfin assez d'éléments pour arrêter les deux frères.

 

Presque tout le gang Kray est arrêté et jugé. Une fois les frères arrêtés, au grand soulagement de la police, les témoins ont enfin décidé de témoigner. Le règne de la terreur, des menaces, intimidations et représailles était terminé.

 

 

 

 

Les frères furent tous deux condamnés à la prison à vie. Ronald mourut le 17 mars 195 d'une attaque cardiaque dans l'asile où il était enfermé (il était en effet diagnostiqué comme étant schizophrénique et paranoïaque, ce qui renforçait l'atmosphère de terreur régnant sur Whitechapel à l'époque).

Reginald a été libéré en 2000, mais meurt en 2008 d'un cancer. 

 

 

La légende des frères Kray a marqué durant des années le quartier de Whitechapel. Ce qui les rendait effrayants était la démence de Ronnie, les actes de violence, leur popularité mais surtout le fait qu'ils tuaient eux-mêmes, la plupart du temps.

 

 

 

Remarque : D'autres meurtres ont été attribués aux frères Kray, mais ils en ont été acquittés pour la plupart. Je n'ai pas mentionné ces meurtres en raison de leur incertitude. En outre, bien que ce site semble un peu trop favorable à ces criminels, je conseille à ceux qui comprennent l'anglais et qui voudraient en savoir plus de consulter ce site : http://www.thekrays.co.uk